Certains parents ont tendance à faire confiance tant à leurs chérubins qu’aux nouvelles technologies. Soit. Mais il faut faire preuve de réalisme face à l’hypersexualisation permanente de la société qui inquiètent les éducateurs.

“L’hypersexualisation est un phénomène de société où le sexe est omniprésent à travers notamment la publicité érotique ou tout autre domaine suggestif. Cela peut avoir une influence sur les comportements sexuels de la population, principalement chez les jeunes avec une attitude et un comportement sexuel précoce”.

Source 

Interrogée aussi sur les portables à l’école, l’ancienne présidente de l’APEL, Caroline Saliou, ne disait-elle pas : « Donner un smartphone à un élève de 5ème, c’est comme donner un cutter à un enfant de CP » ? Si certains déplorent cette rhétorique, journalistes, écrivains et psychiatres mettent en lumière l’hyper-connectivité des enfants qu’ils dénoncent avec force.

Pourquoi dénoncer l’hyper connectivité des enfants ?
Parce qu’en un clic, et sans malice, l’enfant est aux prises d’un porno gratuit, universel, de plus en plus cru et de toutes les formes.

L’enquête de Marzano et Rozier a permis d’interroger 300 adolescents français…

58% des garçons
ont vu leurs premières images pornographiques entre 8 et 13 ans

42% des filles
ont vu leurs premières images pornographiques entre 8 et 13 ans

« L’enquête révèle que l’âge de la première consommation de porno est de 12 ans pour les filles et de 13 ans pour les garçons. Mais les jeunes ont pris connaissance de l’existence du porno à 10 ans pour les filles et à 12.5 ans pour les garçons. Toutefois, selon Réseau Education-Médias, plus de la moitié des jeunes Canadiens disent être tombé par hasard… sur des sites pornographiques en se servant d’un moteur de recherche, lors d’une erreur de frappe, en tapant l’adresse d’un site, en cliquant sur un lien dans un courriel, une messagerie instantanée ou un bavardoir (chat-room) ou en utilisant les logiciels de partage de fichiers qui véhiculent beaucoup d’images et de vidéos pornographiques facilement accessibles. »

Source